Jobi.ma | Emploi & Recrutement au Maroc

A l'approche d'Aid Al-Adha et comme chaque année, des entreprises versent des primes et quelques indemnités à ses salariés en vue des hausses de prix ainsi que les charges exorbitantes que nécessite cet événement religieux. Mais c'est à l'employeur de décider si oui ou non, il reversera cette prime à ses employés, car encore aujourd'hui et à moins qu'une convention collective l'y oblige, rien n'est assuré.


 

Depuis 2017, des changements ont toutefois été notifiées, comme la limite du plafond de cette prime dite social et qui est ainsi reversé au même titre que celle des événements tels que le mariage, naissance, décès d'un ascendant ou descandant...etc. 

 

En effet, le plafond est limité à 2,500 DHS par an, et cela pour tout type d'événements. Si vous voulez donc acheter un mouton, il faudra bien évidemment renoncer à une autre célébration telle que prévu par la loi marocaine. Cependant, nous pouvons assister à une révision de ce régime fiscale associé à l'exonération de l'indemnité en question.

Les employeurs quant à eux ne manquent pas de génie afin d'éviter tous ces relevés, et lèguent ainsi ces primes à des associations, s'ils en font partie, toutefois, si contrôle fiscal, les choses pourraient mal tourner pour ces derniers.

 

L'on a remarqué depuis l'an dernier, que la prime de la fête du sacrifice est exonéré de l'IR, et depuis cette année et avec l'augmentation du plafond accordé à cet événement, tout dépassement sera soumis à la cotisation CNSS.

Salma
Salma - Jobi.ma

Je suis la Community Manager de Jobi.ma. Je suis très épanouie dans mon travail avec une équipe diversifiée pour ainsi répondre à un besoin commun d’aide au recrutement au Maroc.