Jobi.ma | Emploi & Recrutement au Maroc

Zoom sur : la Grève des commerçants au Maroc

Malgré un accord signé le 15 janvier, les commerçants maintiennent la pression en organisant une série de grèves dans plusieurs villes marocaines. Rappelons-le, la grève a débuté à Rabat, Khémisset et Témara le 17 janvier dernier, puis s'est propagée le 22 janvier à Tanger, depuis 2 jours ce sont les villes de Salé et Kénitra qui ont décidé de manifester leur refus des dispositions de l’accord signé avec la DGI et la Douane, par les représentants du SNCP, de l’UGEP et de l’EMP.


 

Moulay Hafid ElalamyIl accuse les grands commerçants d’être à l’origine de tout cela, Benchaâboun qui met les points sur les «i» à la Commission des finances, le face à face du PJD et du RNI, tout cela a résulté de la grève tenue par les commerçant : un vrai méli-mélo politico-économique !

 

Il est à rappeler également que c’est le commerce de gros qui était ciblé par la DGI où l'on compte 5.000 opérateurs qui sont actifs dans les secteurs de l’alimentaire, le textile et la quincaillerie. Ils paient l’IR professionnel autour de 4.000 DH par an, cependant, selon les estimations de la DGI, basées sur des données recoupées, le manque à gagner pour l’Etat se situe autour de 6 milliards de DH.

 

Selon Benchaâboun, aucune obligation pour les commerçants de proximité, de façon plus précise les assujettis aux forfaits ne sont pas concernés. Le ministre des Finances a parlé de 600.000 commerçants dont 400.000 ne paient rien en impôts même s’ils procèdent à des déclarations. Sur les 200.000 restants, 114.000 ne font pas de déclaration, a affirmé une source de la DGI.

Auteur

Salma
Salma - Jobi.ma

Je suis la Chargée de Communication de Jobi.ma. Avide de nouvelles et passionnée par la rédaction, je vous fait découvrir à travers mes articles, toutes les tendances RH du moment.